Préservation et numérisation


"Et comme il n'y a pas de patrimoine sans création, nous, on prépare déjà le patrimoine."
Gérard Hourbette 2016 - extrait d’une interview sur le numérique et sur l’importance de l’archivage au phénix de Valenciennes

Créer un patrimoine vivant
La question de l’archivage et du portage sur des technologies sans cesse renouvelées des pièces
électroacoustiques du XXème et du XXIème siècle a toujours été l’une des préoccupations majeures d’Art Zoyd Studios.
C’est dans cette perspective de survie et de transmission des œuvres électroacoustiques qu’Art Zoyd Studios a notamment réalisé en 2010 le portage de la pièce Solo de Stockhausen, une première fois pour informatique et saxophone, puis pour ondes Martenot (dans la série des « Expériences de Vol », parutions CD éditées sur le label d’Art Zoyd Studios in-possible records).
Dans un contexte d’obsolescence technologique croissante, la musique mobilisant l’électronique se trouve bien souvent face à un dilemme complexe. Elle peut ainsi être considérée :
- soit comme un art à la durée de vie se limitant aux représentations, figé à un instant T sur un support audio de diffusion faisant par la suite office de référence unique ;
- soit comme une musique pouvant rester « vivante » et interprétable par de nouveaux musiciens, sur une échelle temporelle plus grande et en dépit de la disparition de certaines technologies.
Cette seconde perspective, bien qu’elle requière une réflexion prudente sur la flexibilité permise lors des « migrations technologiques » et des ré-interprétations de ces pièces, permet alors de considérer les moyens d’intégrer tout ce volet de création musicale contemporaine au sein du répertoire – autrement dit, de le "patrimonialiser" sans pour autant le figer dans le marbre.

Une méthodologie de conservation
Le projet d’archivage et de pérennisation des pièces du fonds Art Zoyd Studios s’inscrit dans cet axe, en travaillant, dans un premier temps, à la collecte de l’ensemble des données numériques qui existent sur les différents supports liés à la production des œuvres – souvent technologiquement obsolètes – et à la mise en place d’une méthodologie de conservation et de migration afin de pouvoir, dans un second temps, les transmettre et les rendre accessibles, jouables à nouveau. Cette préoccupation face à l’instabilité de plus en plus menaçante des supports et outils électroniques nécessaires à la survie des pièces, sur laquelle nous avions déjà démarré une veille (voire
notamment les travaux de Laurent Pottier à l’Université de Saint Etienne), est devenue très urgente concernant les œuvres du fonds Art Zoyd Studios de par la disparition brutale du compositeur et directeur d’Art Zoyd, Gérard Hourbette.
La sauvegarde et la pérennisation des œuvres de Gérard Hourbette constitue donc, depuis 2018, la première étape de ce programme d’archivage et de transmission. Cette initiative s’inscrit notamment dans une volonté de faire jouer ces pièces par de nouveaux musiciens déjà illustrée dans le passé par le projet anniversaire « 44 ½ » et le coffret de CD paru à cette occasion en 2017 (regroupant de nombreuses pièces marquantes de l’histoire d’Art Zoyd réinterprétées), se situant ainsi dans la continuité d’une volonté de Gérard Hourbette de considérer que les pièces d’Art Zoyd pouvaient, toutes spécifiques qu’elles soient dans leur forme technologique (avec l’usage caractéristique des échantillonneurs Akai S6000), devenir des pièces de répertoire.
La grande fragilité des supports de stockage liés à cet équipement et leur âge avancé, en particulier les disques durs SCSI des Akai S6000 conservés aux studios Art Zoyd, rendent aujourd’hui la situation particulièrement urgente.

Une équipe
Au fil de l’année 2019, le projet s’est mis en place à travers plusieurs grandes étapes, avec le travail
d’une équipe constituée de Clarisse Bardiot (maître de conférences HDR à l'Université Polytechnique Hauts-de-France et chercheur associé au CNRS), Oudom Southammavong (réalisateur en informatique musicale à Art Zoyd Studios), Daniel Koskowitz (compositeur et interprète chargé de la réécriture et mise en forme des partitions), Alexandre Michaan (restaurateur du patrimoine audiovisuel analogique et numérique), et Monique Vialadieu (directrice d’Art Zoyd Studios et ayant- droit de Gérard Hourbette).
Un état des lieux a été établi afin d’estimer l’ampleur des données à extraire et à sauvegarder depuis les supports obsolètes associés aux échantillonneurs Akai, ainsi que les moyens de lire aujourd’hui ces données.
Sur cette base, une méthodologie visant à permettre l’utilisation de ces fichiers constitutifs des pièces (échantillons audio, mais aussi métadonnées de paramètres d’effets et d’assignation des échantillons sur les surfaces de contrôle, notamment claviers et percussions électroniques) sur un outil technologique réactualisé - dans un premier temps, le logiciel d’informatique musicale Kontakt - a été mise en place.
Enfin, un travail de collaboration avec les musiciens de l’ensemble Art Zoyd témoins des étapes de création et premiers interprètes des pièces, essentiels dans ce processus de par leur mémoire personnelle des oeuvres, a été amorcé. Cette étape a notamment mené à un chantier de réécriture et de remise en forme des partitions, chaînon essentiel dans la constitution des éléments permettant l'interprétation des pièces à l’avenir.
Suite à ces premières étapes, amenées à se prolonger dans les années à venir par un travail étendu à l’ensemble des pièces créées lors de résidences aux studios Art Zoyd, un concert hommage aura courant de la saison 2020-2021 : « Et avec votre esprit - La Forêt de Samplers ». Il sera notamment présenté au phénix dans le cadre du festival dédié au numérique de l’Agglomération Valenciennes Métropole, à Maubeuge, ainsi qu’à Paris. Le concert sera introduit par une présentation portant sur le projet d’archivage des pièces du fonds Art Zoyd Studios, ainsi que par une discussion autour de la préservation de la musique électroacoustique.

L'équipe en télétravail pendant le confinement