MAYU HIRANO, lauréate de l'appel à projet Art Zoyd Studios / Quatuor TANA

Le travail de Mayu Hirano est guidé par son intérêt à la perception sensorielle et l’expérience dans le sonique sculpture et architectural landscape. Son oeuvre est développé avec sa language musical personnel qui a les liens à la perception sensorielle, la psycho-acoustique, le système évolutif de la mémoire sensorielle. Son intérêt ne se limite que dans la domaine auditif mais aussi visuel phénomène spécialement au sculpture du temps et la lumière. Musique de l’art est pour elle le champ d’expression de sa compréhensions du monde mais aussi la possibilité d’une synthétisation d’un monde intelligible entre le monde perceptible et le monde immatériel du inaudible et invisible sphères. Née à Yokohama, elle commence le violon l’âge de 2 ans. Elle travaille au département de musique du Collège/Lycée de Jeunes Filles de Kitakamakura, Kaori Tagiri, Takeaki Sumi, Sachika Mizuno principalement le violon et, parallèlement le piano, le solfège et le contrepoint. Elle poursuit ensuite des études en musicologie au Beaux-Arts de Tokyo où elle travaille avec Genichi Tsuge pour la musicologie, l’harmonie avec Hinoharu Matsumoto, le violon avec Yoshio Unno. Elle commence à étudier la composition en autodidacte, d’abord la musique électronique ensuite la musique instrumentale. En 2003, elle obtient sa Baccalauréat universitaire de musicologie avec une thèse sur l’« Expérience physique et la musique répétitive». En 2008, elle complète sa culture musicale avec la musique improvisée. Elle suit le cursus de technique d'improvisation en violon jazz avec Didier Lockwood au Centre des Musiques Didier Lockwood. Après s’être initiée à la composition avec Luis Rizo Salome en 2009, elle suit en 2010-2013 le cursus de composition (DEM) du Conservatoire de Boulogne où elle travaille avec Jean-Luc Hervé pour la composition, Yan Marez pour l’électro acoustique. Elle reçoit le prix SACEM en 2012 ainsi que le DEM en 2013. En 2013-2014, elle travaille au Cursus1 à l’IRCAM Centre Pompidou où elle réalise sa pièce Instant Suspendu pour accordéon et électronique. Elle est parmi les 3 finalistes de l’audition pour le Cursus 2 à l’IRCAM, elle crée pour cette occasion Singularité pour accordéon, quatuor accorde, électronique et vidéo en collaboration avec vidéaste Reneau Rubiano, le Théâtre National de Strasbourg et le conservatoire de Strasbourg pour Festival Musica 2015. Une pièce pour koto et électronique, commande d’Ars Musica (Belgique) a été créée en 2016.