Les particules noires


Les particules noires
Concert video chorégraphique
Création novembre 2010, à Enghien-les-Bains

Dossier particules noires

KAIRO .
.
.
.
.
.
.
.

.
.

.
Art Zoyd, Akiko Kitamura
(danse, Cie Leni Basso) & Anne Niemetz (video)

« J’ai imaginé une oeuvre de musique pure sans conserver du projet originel les voix parlées, voix de synthèse ou choeurs artificiels, mais seulement ces « interstices » qu’amène justement la musique entre les mots et les images, une sorte de « suite de concert » d’une durée d’environ une heure.
J’ai pensé, dans l’idée d’un concert visuel, à l’univers étrange créé pour cet opéra par Anne Niemetz et lui ai suggéré de composer de nouvelles images de façon à engendrer en filigrane une sorte de dérive onirique autour des musiciens, dans l’idée de la dégradation suggérant la disparition…
J’ai demandé à Akiko Kitamura de développer l’expérience scénique de Kaïro, dépliant cette trajectoire de fantôme si inquiétante, qu’elle avait apporté au film de Kurosawa.
Et j’ai pensé à ces fantômes informatiques de Kaïro, cellules artificielles qui vampirisent les réseaux, comme des cancers, ces agglomérats de particules noires, sources et signes de désordre…
Il s’agit donc d’un concert vidéo chorégraphique, ni proche de Kaïro, ni vraiment éloigné de Kaïro, dérobé et étrange. »
Gérard Hourbette – janvier 2010.

« – Tu sais quand j’observe cette fameuse vie artificielle ici, ça me fait réfléchir. On a conçu un programme pour que les points se rapprochent quand ils s’éloignent trop. Aux yeux des autres ils ont l’air de communiquer ensemble. En réalité c’est faux. Ils sont tous isolés, sans aucune relation les uns avec les autres. Qui sait si ce n’est pas pareil pour l’homme ? C’est ce que je me dis parfois. Qu’il s’agisse de la parole, de l’écriture, du téléphone, ce n’est peut-être qu’une illusion de penser que ça nous permet d’entrer en liaison avec l’extérieur. Notre esprit est enfermé en nous. Il ne dépasse jamais d’un pouce nos limites. Aucune part, n’en est accessible aux autres. Aucun élément extérieur ne peut rien y changer. »
Kaïro, Chapitre 7 – K. Kurosawa

Musique et conception : Gérard Hourbette
Chorégraphie, danse solo : Akiko Kitamura (Cie Leni Basso)
Vidéo : Anne Niemetz
Lumières : Patrick Riou
Claviers, capteurs, samplers, électronique : Yukari Hamada-Bertocchi
Pads, capteurs, électronique, percussions : Daniel Koskowitz &
Jérôme Soudan « Mimetic »

Samplers, électronique : Gérard Hourbette
Développement informatique musicale, électronique live, sound design : Carl Faia
Régie générale : Denis Collinot
Costume d’Akiko Kitamura : Sohrab Kashanian

Production : Art Zoyd, co-production : Centre des Arts d’Enghien-les-Bains, le manege.mons, les fonds InterregIV, avec le soutien de l’Université Victoria de Wellington (Nouvelle-Zélande)


Les particules noires
Concert video chorégraphique
Création novembre 2010, à Enghien-les-Bains

Dossier particules noires

KAIRO .
.
.
.
.
.
.
.

.
.

.
Art Zoyd, Akiko Kitamura
(danse, Cie Leni Basso) & Anne Niemetz (video)

« J’ai imaginé une oeuvre de musique pure sans conserver du projet originel les voix parlées, voix de synthèse ou choeurs artificiels, mais seulement ces « interstices » qu’amène justement la musique entre les mots et les images, une sorte de « suite de concert » d’une durée d’environ une heure.
J’ai pensé, dans l’idée d’un concert visuel, à l’univers étrange créé pour cet opéra par Anne Niemetz et lui ai suggéré de composer de nouvelles images de façon à engendrer en filigrane une sorte de dérive onirique autour des musiciens, dans l’idée de la dégradation suggérant la disparition…
J’ai demandé à Akiko Kitamura de développer l’expérience scénique de Kaïro, dépliant cette trajectoire de fantôme si inquiétante, qu’elle avait apporté au film de Kurosawa.
Et j’ai pensé à ces fantômes informatiques de Kaïro, cellules artificielles qui vampirisent les réseaux, comme des cancers, ces agglomérats de particules noires, sources et signes de désordre…
Il s’agit donc d’un concert vidéo chorégraphique, ni proche de Kaïro, ni vraiment éloigné de Kaïro, dérobé et étrange. »
Gérard Hourbette – janvier 2010.

« – Tu sais quand j’observe cette fameuse vie artificielle ici, ça me fait réfléchir. On a conçu un programme pour que les points se rapprochent quand ils s’éloignent trop. Aux yeux des autres ils ont l’air de communiquer ensemble. En réalité c’est faux. Ils sont tous isolés, sans aucune relation les uns avec les autres. Qui sait si ce n’est pas pareil pour l’homme ? C’est ce que je me dis parfois. Qu’il s’agisse de la parole, de l’écriture, du téléphone, ce n’est peut-être qu’une illusion de penser que ça nous permet d’entrer en liaison avec l’extérieur. Notre esprit est enfermé en nous. Il ne dépasse jamais d’un pouce nos limites. Aucune part, n’en est accessible aux autres. Aucun élément extérieur ne peut rien y changer. »
Kaïro, Chapitre 7 – K. Kurosawa

Musique et conception : Gérard Hourbette
Chorégraphie, danse solo : Akiko Kitamura (Cie Leni Basso)
Vidéo : Anne Niemetz
Lumières : Patrick Riou
Claviers, capteurs, samplers, électronique : Yukari Hamada-Bertocchi
Pads, capteurs, électronique, percussions : Daniel Koskowitz &
Jérôme Soudan « Mimetic »

Samplers, électronique : Gérard Hourbette
Développement informatique musicale, électronique live, sound design : Carl Faia
Régie générale : Denis Collinot
Costume d’Akiko Kitamura : Sohrab Kashanian

Production : Art Zoyd, co-production : Centre des Arts d’Enghien-les-Bains, le manege.mons, les fonds InterregIV, avec le soutien de l’Université Victoria de Wellington (Nouvelle-Zélande)

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail