Archives de catégorie : Art Zoyd

Voyage dans la Lune – Ciné concert

DID_7948

Dossier voyage dans la lune, c’est ici !!!!!

VoyageDansLaLune1016

 

 

Teaser voyage dans la lune4 from Art Zoyd on Vimeo.

Teaser Voyage dans la Lune  from Art Zoyd on Vimeo.

Création
Mardi 03 mai 2016 à 19h,
au Phénix, scène nationale de Valenciennes (59)

Reprise le 15 novembre 2016 en version tout public à l’Onde Velizy Villacoublay

Une production de Art Zoyd
Musique : Gérard Hourbette, Xuan Mai Dang, André Serre-Milan
Avec :
Romuald Cabardos : percussions sampler

Daniel Koskowitz : percussions samplers

Nadia Ratsimandresy : Ondes Martenot
Barbara Dang: Harpe laser, Clavier, samplers

Voyage dans la Lune est un projet de ciné-concert autour d’une sélection de films courts et colorisés des années 1895-1910.
Voyage dans le Lune est à la fois voyage dans le temps et voyage dans une société décalée, parfois surréaliste, mais le plus souvent emprunte d’une réalité burlesque ou grossière.

Ce spectacle musical destiné au tout public, permet de découvrir ou redécouvrir ces films du début du XXe siècle. Accessible aux enfants dès 10 ans, il est simultanément une ouverture à la musique contemporaine électroacoustique et au patrimoine cinématographique.

« Faire sa musique, faire son cinéma… on pourrait aussi dire faire son cirque avec du cinéma ? C’était mon idée de départ : « bruiter » ce cinéma de 1900, clownesque, je veux dire burlesque et saugrenu. Ce cinéma invraisemblable fait de bric et de broc, de clowns, de femmes à moustache, d’illusions, de théâtre d’objets qui s’envolent ou disparaissent : ce cinéma de Méliès et de ses contemporains, Chomon, Velle, Deslow, R.W. Paul…
L’idée m’est venue de mettre en musique, ou plutôt donc en
« bruit », ces films, miniatures ou « bobines »… j’en ai visionné près de cent, des années 1895 jusqu’aux années 1910 et après.
Mon envie au final est de passer du rire forcé à spontané, incongru et de rêver aussi à des voyages inspirés par Jules Verne  ou à des cabarets magiques dans des univers de carton-pâte…
J’ai aussi proposé à une jeune compositrice, Xuân Mai Dang, et à André Serre-Milan de participer à cette aventure, en leur demandant d’écrire la musique de certains de ces petits films qu’ils choisiraient pour leurn propre jardin secret. Quatre musiciens sur scène (claviers, électronique, pads et percussions), deux écrans intégrés dans ce décor, servant à la projection des films : tantôt le même film sur les deux écrans tantôt sur l’un ou l’autre, tantôt deux films se chevauchant… »

Gérard Hourbette

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Vampyr – ciné-concert

vampyr56314Ciné-concert,

Créé le 28 juin 2014 dans le cadre du Festival Jazz et Musique improvisée
en Franche-Comté.

Fiche tech VAMPYR 09 2014

Dossier Vampyr français

« En fait le Vampyr de Dreyer appartient déjà à la période du parlant. J’ai simplement souhaité le traiter exactement comme un chef d’œuvre du cinéma muet, juste en réécrivant une bande-son imaginaire… Le vampire a quelque chose de très contemporain, d’actuel. C’est en quelque sorte le symbole infernal de ces formes sournoises que sont peut-être l’épidémie, la contamination ou certaines formes de prosélytisme…
J’aime le cinéma muet pour plein de raisons : privé de parole sinon de texte, il dit et raconte par la seule force de l’image, et laisse donc une place vacante à un possible discours sonore, véritable medium, parallèle ou adjacent. Le film, pour moi, devient une sorte de trame sur lequel un nouveau commentaire (musical), un éclairage étranger, une nouvelle approche (sonore), une interprétation vont pouvoir (co)exister… Car c’est pour moi le grand pouvoir de la musique d’accélérer, ralentir, interroger, suspendre, commenter, précéder, tarder, redire, devancer, s’effacer… Une autre raison, c’est qu’à mon sens, la musique d’aujourd’hui éclaire ces chefs d’œuvre de façon nouvelle et les remet dans le contexte d’un présent plus violent et déstabilisant. »
Gérard Hourbette

vampyr84285Sur une nouvelle musique d’Art Zoyd (live) Musiques, conception et direction : Gérard Hourbette
Avec
Yukari Hamada-Bertocchi, claviers, capteurs, sampler
Nadia  Ratsimandresy : ondes Martenot
Romuald Cabardos, percussion, pads, sampler
Daniel Koskowitz, percussion, pads, sampler
Jérôme Soudan ‘Mimetic’, percussion, pads, sampler
Direction technique : Sylvie Debare
 

Movie concert,
2014 creation

« Dreyer’s Vampyr belongs to the sound flm era. I just wanted to treat it as a masterpiece of silent flm, just by rewriting an imaginary sound track. There is something very contemporary, very modern about vampires. They’re a sort of hellish symbol of insidious phenomena such as epidemics, contaminations or some forms of proselytism. That’s what Murnau’s Nosferatu was all about, wasn’t it? To my mind, Dracula is similar to Murnau’s flm and emphasises the temporal, theatrical aspects of the character even more. After our Nosferatu, I didn’t want to do the same thing again. What interests me in Dreyer’s Vampyr is actually that the vampire is hardly visible. The character is an elderly lady, who is summoned by a group of very strange people. Dreyer is more interested in greyish landscapes, uncertain characters that he draws into a never-ending, macabre whirl. » Gérard Hourbette – june 2011

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

À demi endormi déjà – Jeune public

a demi scene tete femmeConte musical dessiné, à partir de 7 ans

A découvrir :
Mardi 01 mars 2016 à 10h et 14h,
Mercredi 02 mars à 15h30,
Jeudi 03 mars à10h et 14h,
au Phénix, scène nationale de Valenciennes (59)

Dossier A demi endormi déjà

Fiche technique À demi endormi déjà

Texte, dramaturgie et collaboration artistique : Célia Houdart
Musique : Gérard Hourbette
Bande son : Sébastien Roux
Dessins : François Olislaeger

 

« La Montagne noire. »

« À propos des terrils, Célia Houdart évoque des tumulus… Or les tumulus sont des monticules artificiels recouvrant une sépulture. Les terrils seraient donc comme des montagnes noires qui seraient, elles aussi, comme de mystérieux promontoires, rappelant la mémoire de quelque activité minière disparue ou ensevelie… On cherchait une idée de spectacle à base d’images, invitant un public d’enfants à un conte moderne et usant des technologies, flirtant avec le fantasque et le fantastique, mêlant la présence de musiciens sur scène et des images, qui ne pouvaient être ni cinéma, ni vidéo abstraite, avec un texte dit par des comédiens pré-enregistrés, donc invisibles…
Quand Célia a proposé cette sorte de dérive poétique, un conte sur, et autour des terrils noirs, j’avoue avoir été surpris. Ici, dans notre nord, il évoquent tellement un passé industriel lourd de significations grises et maussades, et sont tellement ancrés dans l’image morne qu’on prête et véhicule à l’envi aux plats pays du nord… Puis j’ai lu son intrigue, et j’ai compris que ce terril recouvert d’arbres entrevu par une fenêtre pouvait être le plus beau point de départ de notre histoire, mêlant la mémoire des vies d’autrefois et les contes et ses archétypes de toujours… Les contes naissent souvent du quotidien dont surgit « l’anormal » : la fantaisie ou la satire… L’allégorie ou la fable… La musique, c’est tout cela, l’allégorie et la fable, la fantaisie ou la satire, ce qui n’est ni dit, ni montré, et même le silence entre les images et les échos des voix enfuies… Pour moi un spectacle pour un public notamment d’enfants, c’est accepter de composer avec cette faculté qu’a ce public particulier de s’émerveiller sans a priori ou référence, cette sorte d’aventure permanente qui est la marque de la liberté et de la découverte. »
Gérard Hourbette – janvier 2010

Avec : Yukari Bertocchi-Hamada (claviers, samplers), Nadia Ratsimandresy (ondes Martenot, clavier)

Et les voix de : Agnès Pontier (la narratrice, Cirius et Madame Arp), Laurent Poitrenaux (Matisse, Doubleday, Monsieur Arp et un choucas), DD Dorvillier (Marguerite), Jeanne Heuclin (Madame Fanfarlo), Guillaume Rannou (le joggeur et Monsieur Clape), Isabelle Pichaud (Lautrec), Tout le monde (les alchimistes)

Animation : David Epiney — Conception et réalisation d’électroniques et vidéo temps–réel : Carl Faia & Florent Meunier — Stylisme : Virginie Gervaise — Direction technique & régie générale : Sylvie Debare — Son : Florent Meunier — Backline : Florent Meunier Directrice de production : Monique Vialadieu Chargée de production et diffusion : Charlotte Auché  Production : Art Zoyd, en coproduction avec le théâtre de l’Agora, scène nationale d’Evry et de l’Essonne, l’Allan, scène nationale de Montbéliard‐[ars]numerica et Le Phénix, scène nationale de Valenciennes dans le cadre du projet VOX, Opéra Populaire des Hainauts, avec le soutien des fonds européens Interreg IV, de la Région Nord‐Pas de Calais, de la Drac Nord Pas‐de‐ Calais, du département du Nord, de l’Agglomération Valenciennes Métropole et de la Ville de Valenciennes. Ce texte a reçu l’Aide à la création du Centre National du Théâtre, de la SACD, dans le cadre du dispositif des musiques de scène. Avec la participation des studios de « la Muse en Circuit » et du « GRM ». Ce texte a reçu l’Aide à la création du Centre national du Théâtre. .

LOGOADEMI1

Videos : teaser et interviews .

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

44 1/2 ! Concert anniversaire

Concert anniversaire

Dossier de présentation
Communiqué de presse

Get the pdf in English

44,5 - Profile_pic (500 x 500 px)

Article de Stéphane Fougère – Rythmes croisés

Créé le 19 septembre à Carmaux, dans le cadre du RIO 2015.

Nous (Art Zoyd, « groupe ») avons un projet (assez) formidable pour 2015, dans le sens où il va de ce côté « historique » d’Art Zoyd, que, plusieurs fois, nous avons évoqué… et qui est un véritable événement, puisqu’il concerne la vie entière du groupe (solide et pas moins immuable depuis 1969 (échelle du début) ou 1971 (échelle du rescapé).

Ce projet s’inscrit dans nos désormais 44 ans ½ d’Art Zoyd, ou 45 ans moins le quart.

[Dans ce même cadre, nous sortirons pour la fin 2015 – début 2016 un coffret de onze CDS d’inédits, dont des live, musiques pour théâtre, ballets, expositions, évènementiels.]

Mais ce n’est pas le propos. Voici donc le projet :

En effet, nous préparons un grand concert (d’ores et déjà programmé à Carmaux près d’Albi au festival RIO (« rock in opposition), à Bourgoin-Jallieu aux « Abattoirs ») (bigre quel nom !^^) et qui pourrait rebondir dans de multiples lieux.

Les musiciens seront neuf, ou dix, selon que je me compte ou pas… :

4 du groupe actuel (2 claviers dont onde Martenot, 2 percussionnistes (voir line up) + Thierry Zaboitzeff  (bassiste, violoncelliste et compositeur de 1971 à 1996), Jean-Pierre Soarez (trompettiste de 1976 à 1985), Serge Bertocchi (saxophones), 1 violoniste / altiste (Michael Nick), et Daniel Denis d’Univers Zéro (percussion & pads)….

L’idée est de prouver que  ces musiques écrites au tournant des années 70, 80 à aujourd’hui peuvent être des pièces de répertoire, donc, à ce titre être rejouées à l’envi, trouver de nouveaux interprètes et de nouvelles réalisations virtuoses ou imaginatives…

Un parcours, forcément un peu chronologique, de pièces certainement faisant figure de références, sinon – oserais-je répéter ?: – « cultes »… (Preuve leur longévité sur disques ou Cds, lesquels continuent, 20 ou 40 ans après, à être vendues, commentées, rééditées …

Cette idée de rejouer de « vieilles » pièces est une (très) « vilaine » pensée qui courait dans ma tête depuis longtemps. Mais pas seulement : elle courait aussi dans la tête de mon compère Thierry Zaboitzeff, éclipsé en 1997…

Les pièces sont encore en cours de réorchestration et de répétitions pour un total de deux heures et quelques.

L’évènement marquera non seulement les « retrouvailles » avec Thierry – après 18 ans –  mais aussi du trompettiste d’origine, Jean-Pierre Soarez, avec la complicité attentive de Daniel Denis, fondateur d’Univers Zéro, et présent sur de nombreux concerts et albums du début.

Ce concert ne comportera que des pièces du répertoire d’Art Zoyd, allant de Symphonie pour le jour où brûleront les cités … à La Chute de la Maison Usher, en passant par Nosferatu, Berlin, Marathonnerre, Phase IV etc. 

C’est un projet unique, à la mesure d’un événement comme « 45 », « 50 ans », « 60 années », « cent ans » etc.

Une véritable cérémonie, une fête (parfois de magie – noire), un festival de pièces traversant les styles, et les genres, les instrumentariums, … et révélant les complicités de gens n’ayant plus joué ensemble depuis longtemps, ou ne s’étant même jusqu’à aujourd’hui jamais rencontrés…

(Gérard Hourbette – Art Zoyd – 2015

Art Zoyd 84

Fragments de :

  • Symphonie pour le jour où bruleront les cités,
  • Phase IV,
  • Espaces inquiets,
  • Le mariage du ciel et de l’enfer,
  • Berlin,
  • Nosferatu,
  • Marathonnerre,
  • Faust,
  • Ubique
  • Metropolis
  • La Chute de la Maison Usher

 

gh

owl-ulule

Un grand MERCI à nos contributeurs :

Merci à, Thanks to Bertille Coudevylle, Charlotte Zisseler,Jo Bertiaux, Michel Besset,Esteban Fernandez, Serge Bertocchi, Xuan Mai Dang,Patrice Hédon, Danièle Hourbette, Philippe Colin, Claire Payement, Bernard Makowka, Laurent Guidez, Henri Fabries,Eric Chastanier,un beau matin production, Jane Goldshlager,Joel Contival,Aria Primitiva, Jacques Pupponi, Macros Noedes,Ariele Monti, Patricia Gorka,jr82,Olivier Fromentin, Nosca Piz,nangmaprod,juliette llinares, Espace Pasolini de valenciennes,Eric Tessier, Monique vialadieu,David Sieber, Anne-Claude Iger,Flytomars,Florian Gracy,Brunhild Ferrari, Gérard Tommasini, Charles de Mulder,Eduardo Valverde, Claire Depaule-Roux,Luke Manolenta, Bldine,Patrice Houbette,Clarisse Bardiot, Anne Bierna, Nadine Jadin Pouilly, Thomas Letouze, Maxence Bilski, Jérôme Janvrin, Jean-François Devanneaux,usul-3,Jens Oehlerking,David Sieber again ^^,Udi Koomran,turkovics, Sophie Domer, Jean-Pierre Soarez, Anne-Laure Fleurette.

Un projet de Gérard Hourbette & Thierry Zaboitzeff

Art Zoyd + guests FEATURING :

Serge Bertocchi, saxophones – Romuald Cabardos, percussion, pads – Daniel Denis, percussion, pads – Yukari Hamada-Bertocchi, claviers – Gérard Hourbette, samplers – Daniel Koskowitz, percussion, pads, guitare – Michael Nick, violon – Nadia Ratsimandresy, claviers, ondes Martenot – Jean-Pierre Soarez, trompette – Thierry Zaboitzeff, basse, violoncelle, voix

Sylvie Debare, direction technique, régie et création lumière

Pierre Sampagnay, son – Florent Meunier, backline

Bertille Coudevylle, production, diffusion
bertillecoudevylle@artzoyd.net – +33 (0)6 63 76 80 23

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Trois rêves non valides

Trois rêves non valides

 Musique, Direction Artistique : Gérard Hourbette,
Scénographies d’images : Pierrick Sorin, Christian Châtel, Serge Meyer

Trois rêves. Trois hantises. Trois surgissements.
Avec pour fil conducteur : la musique. Fasciné par l’univers de l’écrivain américain Philip K. Dick, un des auteurs de science-fiction les plus célèbres du XXe siècle, le compositeur Gérard Hourbette, avec son groupe Art Zoyd spécialisé dans la musique électronique, a demandé à trois plasticiens-vidéastes, Christian Châtel, Serge Meyer et Pierrick Sorin, d’imaginer trois propositions scénographiques radicalement différentes sur sa musique, à partir de réminiscences de l’œuvre du romancier. Pour mieux explorer l’étrangeté de nos propres mondes, K. Dick n’a cessé de plonger ses héros dans des univers de simulacres. Car rien ne prouve que la réalité telle que nous l’éprouvons ne soit pas une illusion. Derrière un tulle, en fond de scène, les musiciens deviennent d’étranges créatures, mi-réelles mi-fantastiques, œuvrant dans un laboratoire aux machines hallucinées. À la fois êtres de chair et êtres virtuels, on hésite sur la nature de leur présence. Comme s’ils se transformaient en images d’eux-mêmes, sous nos yeux incertains. Devant eux, suspendus dans les airs, trois dispositifs inédits font surgir des images, des visions, des rêves.

DID_6449 DID_6522 Un projet d’Art Zoyd, création 27 mars 2013 au Grand R, scène nationale de la Roche Sur Yon. 9 avril : au Théâtre de l’Agora à Evry, Scène Nationale de l’Essone. 14 mai : Hippodrome Scène Nationale de Douai  27 novembre : Phénix Scène Nationale de Valenciennes

SYNOPSIS

Invalid dreams: as if the cryptic codes of our computers (invalid name, invalid login, etc.) applied to dreams.

 As if dreams could have prohibited domains or restricted access.

 As if dreams could be valid.

 An all-round show combining technology, immersion, the spectacular and multi-media: This 3 in 1 show presents in under one hour three completely different scenes on the theme of artificially-induced dreams and the imaginary worlds cherished by the science fiction writer Philip K. Dick. 3D glasses, a phosphorescent circular screen, a mobile made up of 9600 pixel-like balls, ghostly musicians and, to end it, an outlandish 3D « culinary » film.

Download details

Created on 27 March 2013 at the Grand R national theatre in La Roche Sur Yon, Art Zoyd‘s new show is a triptych for all audiences that will captivate and delight both technology freaks and lovers of performing arts and new music alike, at the frontiers of the spectacular and the avant-garde.

Gérard Hourbette has engaged three visual artists – Christian Châtel, Serge Meyer and Pierrick Sorin – to create three dreams inspired by the world of Philip K. Dick, one of the most famous science fiction writers of the latter half of the 20th century.

Each dream is based on a device projecting specific images: Christian Châtel works on the memory and persistence of family photographs projected onto a circular, phosphorescent screen; Serge Meyer takes the spectators through a screen composed of 9600 suspended balls; Pierrick Sorin operates inside his first 3D relief film. The leitmotif of the show is the music composed by Gérard Hourbette, which unfolds in an increasingly tormented stream, from one dream to another. Four musicians integrated into each visual device play the music live. These strange creatures, halfway between the realistic and the fantastic, perform their music in a laboratory of crazy machines.

l triptych for images scenographies

Three Dreams based and freely inspired by the universe of the author Philip K. Dick

 Scenographie: Christian Châtel.

Artistic Direction and Music: Gérard Hourbette – Art Zoyd

Scenographies: Christian Châtel, Serge Meyer, and Pierrick Sorin

Assistant of the Artistic Direction: Clarisse Bardiot                              

Technical Director: Sylvie Debare

Lights: Annie Leuridan

Sound: Pierre Sampagnay

Sound design: Carl Faia / Florent Meunier

With:

Yukari Bertocchi-Hamada: Keyboard, sensors

Romuald Cabardos: percussions, pads

Daniel Koskowitz: percussions, pads

Nadia Ratsimandresy: ondes Martenot, sensors

Perle Palombe: performer

Head of Production: Monique Vialadieu

Touring: Bertille Coudevylle

Production: Art Zoyd in coproduction with Phénix, scène nationale de Valenciennes, la Filature, scène nationale de Mulhouse and Le Grand R, scène nationale La Roche sur Yon.

Granted by the European funds Interreg IV, the SACEM, the DRAC Nord-Pas de Calais, and the Nord-Pas de Calais region, the Nord department, Valenciennes-Métropole Agglomeration and the City of Valenciennes, With the help of PICTANOVO / PÔLE IMAGES Funds for interactive experiences, Dicream, and spedidam.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail