Archives de catégorie : Dispositif Pas à pas

Art Zoyd, la Malterie et Muzzix s’associent le 23 mars 2016 à Lille

mercredi 23 mars 2016 / 20h30 
5/3€ * info/réservation : 09 50 91 01 72 / www.muzzix.info

malterie

[Dans le cadre du tout nouveau Festival Muzzix & Associés – Printemps, du 21 mars au 8 avril 2016]

Art Zoyd studio,ensemble et Centre de Création Musicale basé à Valenciennes, présente un échantillon de ses expériences le 23 mars à La Malterie.

Art Zoyd a, en effet, en plus de ses activités de groupe, deux volets importants développés depuis 16 ans : un volet de résidences de compositeurs (plus de 130 musiciens, compositeurs et artistes du monde entier comme de la Région accueillis sur cette période) et un volet « transmission » qui existe depuis 2004 et qui au delà de la simple sensibilisation comprend des sessions de composition électroacoustique et multimédia menées par le compositeur André Serre-Milan et en partenariat depuis cette année avec l’Université de Valenciennes, FLASSH.

Dans tous ses axes, Art Zoyd porte une attention particulière sur la musique électroacoustique jouée et intégrée à d’autres dimensions, visuelles ou plastiques, et aux écritures croisées.
Très attentifs aussi à l’émergence et aux jeunes artistes, les sessions électroacoustiques et multimédia permettent aux participants d’être accompagnés pendant un an ou deux ans sur des projets croisés (musique, image, danse ou autre).
Aucune esthétique n’est écartée, la sélection porte sur l’exigence de la création musicale.
_________________________________________________________
Pour cette soirée, nous avons voulu montrer des pièces légères qui se prêtent bien à ce lieu qu’est la malterie, des pièces de proximité et aussi des installations réalisées par des artistes de nos sessions de composition, sans oublier le tapis sonore de Ludovic Burczykowski, électron libre qui gravite autour de nous et les installations de nos sessions de composition électroacoustique et multimédia qui seront présentées dans la salle d’exposition de la Malterie.

Quant aux pièces proprement dites, nous avons choisi Vibrazoyd de José Manuel Lopez Lopez interprété par le percussionniste Miquel Bernat lequel travaille également régulièrement avec l’ensemble Ictus. Miquel Bernat interprètera aussi Points critiques + (2011), oeuvre d‘Horacio Vaggione, qui utilise des sons divers d’une caisse claire, poème acousmatique enrichi avec des actions et de la lumière.

Quant à la pièce Gangaku pour Kinect et électronique, composée et interprétée par le percussionniste Laurent Mariusse, elle fait clairement référence à la gestuelle du karaté. Laurent Mariusse interprétera aussi Rebonds A et B de Iannis Xenakis pour le plaisir des oreilles et des yeux et aussi pour le plaisir de présenter ce chef d’oeuvre fondateur du XX ème siècle.
Esteban Fernandez, guitariste issu des musiques actuelles et en résidence PAS À PAS chez nous en 2015 / 2016 présentera une création pour guitare et électronique.

Enfin Xuan Mai Dang, flûtiste et compositeur, qui a suivi les sessions de composition, réalisé un PAS À PAS chez nous en 2014 / 2015, présentera une pièce très « anachronique » pour voix, cassette et ghetto blaster.

 

Cette soirée est le fruit d’un partenariat entre Muzzix, la malterie et Art Zoyd, avec le soutien de la Région Nord-Pas de Calais Picardie, de la Drac Nord-Pas de Calais Picardie, du Département du Nord, de Valenciennes Métropole et de La ville de Valenciennes, et avec l’aide de la Sacem.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Esteban Fernandez – Pas à pas…

Dispositif Drac – Nord – Pas de Calais de professionnalisation de jeunes artistes. Après, Claire Payement, Rosa Parlato, Xuan-Mai Dang, le Studio accueille durant une année Esteban Fernandez.

IMG_6863
Le 8 décembre, Art Zoyd accueillait au Studio des élèves de quatrième du Collège Saint Jean-Baptiste de La Salle de Valenciennes, dans le cadre d’un cursus de sensibilisation au spectacle vivant concocté par leur professeur. Ils ont ainsi pu découvrir les activités d’un centre de création musicale mais aussi entrer dans les coulisses des processus de création en compagnie d’Esteban.IMG_6838

Ce dernier leur a présenté, guitare et technologies à l’appui, l’objet de sa recherche actuelle autour de la synthèse sonore.

Des dires de leur professeur suite à la rencontre, il ne serait pas impossible que quelques vocations soient nées cette après-midi-là !

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

« Pas à pas » ou plutôt « Les pieds dans le plat »

XuanMaiMe voilà entrée dans l’antre du ventre du studio d’Art Zoyd avec mes bagages sonores. J’ai comme l’impression de venir d’un autre temps, temps anciens où les instruments ne se branchaient pas, ou l’amplification ne se faisait que grâce aux « résonateurs » naturels, où les effets étaient produits par le souffle, les gestes…
Me voilà donc avec mes flûtes à bec en buis, mes tambours en peau de bison et mon Torung’ en bambou. Ici on « sample », on joue via le « midi », on traite à travers MaxMsp, on programme les pads puis on « bounce ». Il suffit donc que je me « plug », ce sera mon premier pas.

Mon travail d’entrée, en « compagnonnage » avec le compositeur Gérard Hourbette, consiste à choisir trois films muets puis de composer la musique ou la « bande sonore » comme cela se dit encore en souvenir de la bande électromagnétique. A la première lecture, l’accompagnement piano quasi systématique m’empêche presque de voir. Pourquoi ce piano ? Quel sens cela donne au film ? Si tu cours il joue vite, si tu pleures il joue mineur. On parle donc bien d’un accompagnement, mais au delà du parallélisme avec l’image, il est rare que surgisse un véritable dialogue, voir une opposition entre son et image.

La question de donner du sens et donc de l’intervalle entre composition musicale et scénario me semble alors primordiale. Maintenant je vais avoir du mal à supporter toutes ces musiques redondantes, qui surlignent de sentimentalisme dégoulinant de certaines grosses productions cinématographiques. Ce n’est point grave car je suis au début des années 1900 avec le réalisateur espagnol Segundo de Chomón pour les courts métrages En Avant La Musique (1907) et Les Papilons Japonais (1908). Et je me retrouverai en 1935 avec Eugène Deslaw pour suivre Un Monsieur Qui A Mangé Du Taureau. Pour en savoir d’avantage sur ce projet qui regroupera trois compositeurs : Gérard Hourbette, André Serre-Milan (et moi même), cliquer ici.

A suivre…

Xuân Mai Dang

ministere_culturecom

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Rosa Parlato, une aventure qui continue après son PAS A PAS au Centre Art Zoyd

DSCF6045

Le « Pas à pas » que je viens de vivre à Art Zoyd Studio a été pour moi un moteur de réflexion, de recherche et d’avancement pour mes propres projets. Immergée pendant dix mois dans le contexte créatif du studio, je me suis sentie enveloppée, portée, poussée et partie même d’un processus dynamique de création; à la fois spectatrice et actrice. Les rencontres avec les nombreux compositeurs en résidence m’ont permis d’être confrontée à une multitude de langages et d’approches de la composition. J’ai trouvé ces moments extrêmement luxueux et inhabituels, car il ne m’était jamais arrivée d’être dégagée de toute tâche pratique pour me donner uniquement à l’observation lors des étapes de travail autrui. Parfois incapable de rester uniquement observatrice, selon les équipes et le contenu de leurs oeuvres, j’ai trouvé une place d’oeil extérieur, de preneuse de notes, d’aide à l’édition sur protools, de chercheuse d’informations complémentaires. J’ai eu l’occasion d’assister au travail d’Elzbieta Sikora, de Yukari Bertocchi, de la compagnie Mabel Octobre, de Garth Knox,  aux répétions et au montage du dernier spectacle de Art Zoyd, « Trois Rêves Non Valides », au duo de G. Hourbette et de K. Toeplitz. En fin d’année j’ai pu observer les répétitions du dernier Ciné-concert de Art Zoyd: « Vampyr « de Dreyer; très intéressant car j’allais moi même aborder un laboratoire de trois jours autour des images filmées de M.Saito avec le duo Fatrassons. J’ai constaté qu’il faut avoir à la fois un certain détachement par rapport aux images pour garder une fluidité dans la composition musicale et à la fois une très grande précision temporelle avec des jeux d’anticipation et de vides résonnants. De mon côté: J’ai fait un travail de recherche et de composition autour de la voix et de ses transformations sur des extraits de Banliwood, livre de poèmes de Cyril Morvan (ed. Al Dante). J’ai aimé pouvoir partager régulièrement des écoutes avec Gérard Hourbette, Carl Faia et Florent Meunier qui m’ont suggéré des pistes de travail spécifiques par rapport à certains outils et qui m’ont invitée à pousser mon écriture aux extrêmes et à prendre ma place par rapport au texte de C. Morvan. Ce travail a abouti à Banliwood Sublingual: 20′ de petits Horspiels qui seront intégrés dans     Banliwood échelle 1/25: spectacle vivant avec C. Morvan (voix et vidéo) et moi (Flûtes, objets et transformations et compositions acousmatiques). Avec l’aide de Florent Meunier (ingénieur du son de AZ-studio), nous avons enregistré des improvisations qui ont abouti au nouveau album de Fatrassons (duo électroacoustique de musique improvisées): S. Clénet: Contrebasse, objets, voix; R. Parlato: Flûtes, objets, voix, oscillateur analogique.

Sans ni pouvoir, ni vouloir résoudre la question, j’ai pu discuter avec Gérard Hourbette, du sens des enregistrements de musiques improvisées et des diverses formes qu’un enregistrement peut prendre. C’est une réflexion nécessaire, mais sans fin. Notre échange a été fondamental pour le choix de la forme de cet album qui s’intitule Volets Ouverts. Puis Fatrassons et le vidéaste-plasticien Mitsuaki Saito, ont vécu à AZ-studio trois jours de laboratoire autour de Minuscule Faune, projet pluridisciplinaire.

Soutenus  à la technique par Florent Meunier nous avons pu faire une double projection sur grands écrans, enregistrer nos essais, partager un patch pour la synchronisations des images et du son et convier G. Hourbette dans notre chantier pour avoir un retour artistique constructif. Parallèlement, pour constituer un dossier de diffusion, j’ai bénéficié de l’aide de Monique Valadieu, administratrice, directrice de production de Art Zoyd Studio; ses questions m’ont les zones pas suffisamment éclairées au sein de la rédaction du dossier;  ces dernières correspondaient la plus part du temps à des réflexions artistiques pas encore mûries.

J’apprends également à m’orienter dans le fonctionnement des budgets, pour pouvoir calculer et argumenter le prix d’une production ou la demande d’un aide de financement. Il s’agit d’un terrain difficile à arpenter et les observations de Monique me montrent des points de vues nécessaires que j’ai tendance à négliger. C’est pour moi le domaine le plus compliqué.

Notre projet vient d’être sélectionné par le C.I.M.N. de Grenoble dans le cadre du Festival Détours de Babel autour des musiques Innovantes et sera prochainement en résidence au G.M.V.L. de Lyon.

Art Zoyd continue à soutenir Minuscule Faune avec un accueil en  résidence d’une semaine. La dernière aventure au sein de ce Pas à Pas: trois jours d’exploration sonore avec C. Faia, le R.I.M. de Art Zoyd. Nous avons travaillé autour des transformations en temps réel avec le patch de MaxMSP. J’ai testé des nouvelles transformations à partir des divers modes de jeux sur mes flûtes pour pouvoir enrichir mes outils d’improvisation et de composition. Une grande ouverture s’offre à moi. Je rêve d’une nouvelle résidence pour insérer ce travail dans un projet plus défini et pour pouvoir mieux maitriser le patch et le configurer avec mon propre matériel. En conclusion… Il s’agit d’un temps qui privilégie l’exploration, le tâtonnement, la recherche, la confrontation avec des compositeurs confirmés, avec des développeurs, mais aussi d’une condition qui permet d’intégrer la vie d’une structure professionnelle dans tous ses aspects. Très enthousiaste de mon expérience de ce Pas à Pas, j’espère par la suite de pouvoir garder des liens avec Art Zoyd pour des nouveaux échanges artistiques et des nouvelles aventures communes. Mes sincères remerciements à la D.R.A.C. Nord Pas de Calais ainsi que toute l’équipe de Art Zoyd Studio et aux compositeurs rencontrées lors de mon Pas à Pas, ainsi que pour la confiance qui m’a été accordée et la richesse des échanges vécus.

Rosa Parlato- Novembre 2014

Après Rosa Parlato, Xuan Mai Dang intègre notre Centre, grâce au Dispositif « Pas à pas » pour l’année 2014/ 2015

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

2012

Il paraît que c’est notre dernière année avant un « grand changement » nous disent les Mayas ! Alors autant en profiter !!

 

L’année a commencé avec la préparation de la présentation de la première étape de travail du spectacle Trois rêves non valides de Art Zoyd. Cette présentation s’est déroulée le 3 Février lors du « Cabaret des curiosités » organisé par Le Phénix, scène Nationale de Valenciennes.

J’ai donc assisté Laurent Guidez, réalisateur du making-of de Rêve#1 et Rêve#2. Ce film présente les étapes de travail des scénographes Serge Meyer (Rêve #1) et Christian Châtel (Rêve#2).

Trois rêves non valides – teaser 1

 

 

Être présente lors des étapes de création fut une véritable opportunité pour moi. Ce sont des moments où les éléments (musique, scénographie, images) et la dramaturgie commencent à prendre place. Où l’idée se concrétise.

Je trouve que ce projet est un véritable défi car il associe des scénographes et vidéastes d’univers très différents, ce qui rend inéluctablement le projet très riche. Le point commun de ce projet est l’univers de Philip K. Dick ainsi que la musique de Gérard Hourbette, écrite pour ce projet. Chaque artiste s’est approprié l’univers de l’écrivain en proposant des dispositifs et images. Leurs propositions sont radicalement différentes et s’unissent au son de la musique de Gérard Hourbette. Musique que j’ai redécouverte lors de la présentation au théâtre Le Phénix. La musique et sa spatialisation embarquent le spectateur dans un univers étrange et familier, flottant, un univers d’illusions à l’image des romans de Philip K. Dick.

 

Au cours de ce début d’année j’ai également rencontré un compositeur, en résidence avec Gérard Hourbette au studio Art Zoyd, dont j’affectionne particulièrement le travail : Kasper T. Toepliz

Au cours d’une discussion Kasper m’a présenté son étape de création et ses méthodes de travail. Le principe de ses compositions est de créer de très long délais pour que le son se désintègre. Cela lui permet de sculpter le son. J’apprécie beaucoup le travail de Kasper car je trouve sa musique très physique du point de vue de l’auditeur. Elle nous emmène dans un état second, comme une sorte de « semi-sommeil » mais garde le spectateur en éveil grâce aux vibrations du son à l’intérieur du corps. Expériences à la limite de la méditation où le corps et l’esprit prennent le temps d’être là, présents.

 

Prochaine étape en Février, présenter à Gérard Hourbette les prises de son enregistrées à Beijing en Novembre 2011 et mettre en pratique les conseils précieux des artistes que j’ai rencontrés depuis le début du projet « Pas à pas ».

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

De retour de Beijing

 

 

 

quartier Xinjekou, Beijing

De retour de Pékin depuis deux semaines je reprends mon « keyboard » pour écrire un nouvel article. Beijing est une ville qui m’a surprise par le calme de ses habitants et la générosité de la population des Hutongs (quartiers populaire traditionnels en cours de destruction pour laisser place aux buildings). Durant la semaine de résidence précédent le spectacle au Star Theatre, j’ai travaillé avec l’artiste canadien Hugues Clément. Comme les matinées étaient libres, on partait très tôt pour avoir le temps de travailler (prises de son, captation vidéo) et découvrir les lieux visités (marchés des hutongs quartier Xinjiekou, lacs Houhai et Qianhai, place Tien’anmen). Pékin est une ville que j’ai trouvé très intéressante d’un point de vue sonore et visuel. Nous étions perpétuellement entourés par les sons des freins usés des vélos, pousses-pousse, les klaxons des voitures, les sonnettes des vélos, les mélodies répétitives

des passages piétons. Puis du côté des lacs ou parcs c’étaient les musiciens et les promeneurs d’oiseaux, les joueurs de cartes, les ambiances de marché… Ces matières ont servi d’une part au spectacle mais aussi à un projet personnel musique/vidéo que je vais entreprendre en janvier. J’oublie le plus important : le concert s’est très bien passé. Il y avait plus de spectateurs que de places disponibles, mais les chinois sont restés dans le couloir juxtaposant la salle pour écouter, danser et applaudir longuement à la fin : un très bon public. Aussi il me semble avoir compris que ce type de spectacle multimédia n’est pas encore répandu en Chine. Avis aux amateurs !!!!

 

Avant mon départ je me suis entretenue avec Gérard Hourbette pour discuter de mes projets réalisés mais aussi envisagés en lien avec le son.

En tant que plasticienne, j’avais pour habitude de commencer à travailler d’abord la matière avant de penser la construction de ma pièce. Je retiens deux conseils précieux :

– penser la musique comme un film : on choisit un cadrage avant, on construit un parcours qui se concrétise avec la matière.

– La temporalité : il est important de ne pas oublier le spectateur dont l’attention reste primordiale. Ce qui signifie qu’il faut un parcours avec une dramaturgie forte comprenant de la matière.

Cette entretien s’est accompagné par trois étapes :

l’une, où nous reprenons piste par piste la musique composée pour Rêves non valides. Je donne mes impressions (images/ce que j’entends) et Gérard Hourbette m’explique comment il a procédé.

L’autre, où je lui ai demandé de me montrer ses méthodes pour la transformation de ses sons, les outils qu’il utilise et le fonctionnement de ses compositions. Je prends dès lors conscience de l’importance de la temporalité et de la dramaturgie. A aucun moment ce que j’entends ne se répète, ne s’essouffle.

Cela s’est accentué par l’écoute de Variations pour une porte et un soupir de Pierre Henry : partir de sons concrets qui embarquent l’auditeur vers le fantastique. Je retiens une citation de Pierre Henry à propos de cette œuvre : « J’ai fait des gammes de portes, j’ai appris à jouer de la porte. »

 

Ces phases d’échanges m’ont amenée inéluctablement à écouter avec une approche différente . Notamment lors du 9e Forum de la jeune création musicale au conservatoire de Clamart , où des œuvres de jeunes compositeurs (instrumentales, électroacoustiques et acousmatiques) ont été présentées le 26 Novembre 2011.

http://www.cdmc.asso.fr/fr/actualites/concours/9e_forum_jeune_creation_musicale_appel_jeunes_compositeurs

J’ai présenté une version de mon installation performance INCORPORER qui a été sélectionnée pour l’occasion.

 

 

Prochaine étape, du 19 au 23 Décembre à Mons, pour la résidence de l’artiste scénographe Serge Meyer, dans le cadre du projet Rêves non valides. Je posterai donc un article en Janvier.

Je vous souhaite à tous de très bonnes fêtes de fin d’année !!

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail