Tous les articles par Monique

Atelier découverte de l’électroacoustique

Une classe d’électroacoustique c’est quoi exactement ? Qu’est ce qu’on y trouve, qu’est ce qu’on y fait ?

Jeune étudiante en dernière année de Licence Arts Plastiques à l’Université de Valenciennes, je suis en stage de communication pour une durée d’un mois à Art Zoyd. J’ai eu l’occasion d’assister à deux reprises à un atelier électroacoustique mené en direction d’une classe de CM2 de l’école des Acacias à Valenciennes, et animé par le compositeur André Serre-Milan.  

La classe en est à son 5 ème atelier lors de notre rencontre, atelier qui lui a été proposé par l’intermédiaire du Phénix, à l’occasion de sa venue au spectacle d’Art Zoyd : A Demi Endormi Déjà , conte musical dessiné, présenté au Phénix en Février 16. 

Pour préparer la classe et pour lui faire appréhender la musique électroacoustique, Art Zoyd les avait invités à inventer leurs propres musiques sur des extraits du texte de Célia Houdart qu’ils ont eux mêmes enregistré.

_DSC3097

André Serre-Milan ajustant les paramètres vocales, pendant que les enfants répètent leur texte.

À quoi je m’attendais ? :

Je me voyais déjà assise à observer ces enfants les yeux ébahis, essayant de comprendre des termes plus étranges les uns que les autres. Observant cet écran géant devant eux qui affichait des touches toutes aussi complexes les unes que les autres.

Je suis arrivée avec mille et une idées en tête; et à mon grand étonnement, tout était bien différent.

Les élèves se sont assis en demi cercle dans le studio, en face de l’écran. À ce moment ils m’ont alors expliqué avec beaucoup de fierté et d’enthousiasme en quoi consistait leur venue et leur travail au sein des studios d’Art Zoyd.

Ici ils composent, recomposent, interprètent, vivent leur propre « spectacle »

J’ai été étonnée d’apprendre que du haut de leur jeune âge, ils avaient tout créé et conçu de A à Z.

En effet ils ont choisi les parties du texte qu’ils jugeaient les plus importantes et intéressantes pour ensuite attribuer les personnages et narrateur à chacun : la narratrice, Cirius, Madame Arp, Matisse, Doubleday, Mr Arp, un choucas, Marguerite, Madame Fanfarlo, le joggeur, Mr Clape, Lautrec, le choeur des alchimistes. La narratrice est interprétée par plusieurs enfants, lors d’une phrase ils prennent tour à tour le micro.

Dans cette classe de CM2 se trouve trois fillettes qui suivent un enseignement musical en dehors de l’école. Il y a une violoniste et une clarinettiste faisant toutes deux partie du conservatoire de Valenciennes et une jeune guitariste autodidacte. Ensemble elles composent les musiques qui accompagnent les voix et le texte.

_DSC3105

L’idée n’est pas de faire un copier coller du spectacle mais de laisser libre cours à leur imagination, lâcher prise des règles établies dans la musique, le chant, le théâtre. L’improvisation est le mot d’ordre. Les musiciennes apprennent à se détacher de leur partition au fur et à mesure des séances, un bégaiement involontaire peu devenir volontaire et être exagéré.

Ils m’ont expliqué le sourire jusqu’aux oreilles, qu’ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient, changer leur voix (parler fort, tout bas, avoir une voix aigüe, grave, jouer avec les mots, etc…) En somme le studio est comme une cour de récréation, aucun interdit possible. André Serre-Milan leur donne seulement une ligne directrice pour les aider et ensuite c’est à eux de jouer (enfin plutôt de composer !)

L’atelier se décompose en différentes parties, une partie où les élèves sont en petit groupe et posent leur voix sur le texte, une seconde où les musiciennes prennent place et jouent, et enfin  pour terminer, ils s’amusent tous ensemble sur des vocalises « pampalam palapalapapam »

_DSC3099

_DSC3126

Article rédigé par Elise Note

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Art Zoyd, la Malterie et Muzzix s’associent le 23 mars 2016 à Lille

mercredi 23 mars 2016 / 20h30 
5/3€ * info/réservation : 09 50 91 01 72 / www.muzzix.info

malterie

[Dans le cadre du tout nouveau Festival Muzzix & Associés – Printemps, du 21 mars au 8 avril 2016]

Art Zoyd studio,ensemble et Centre de Création Musicale basé à Valenciennes, présente un échantillon de ses expériences le 23 mars à La Malterie.

Art Zoyd a, en effet, en plus de ses activités de groupe, deux volets importants développés depuis 16 ans : un volet de résidences de compositeurs (plus de 130 musiciens, compositeurs et artistes du monde entier comme de la Région accueillis sur cette période) et un volet « transmission » qui existe depuis 2004 et qui au delà de la simple sensibilisation comprend des sessions de composition électroacoustique et multimédia menées par le compositeur André Serre-Milan et en partenariat depuis cette année avec l’Université de Valenciennes, FLASSH.

Dans tous ses axes, Art Zoyd porte une attention particulière sur la musique électroacoustique jouée et intégrée à d’autres dimensions, visuelles ou plastiques, et aux écritures croisées.
Très attentifs aussi à l’émergence et aux jeunes artistes, les sessions électroacoustiques et multimédia permettent aux participants d’être accompagnés pendant un an ou deux ans sur des projets croisés (musique, image, danse ou autre).
Aucune esthétique n’est écartée, la sélection porte sur l’exigence de la création musicale.
_________________________________________________________
Pour cette soirée, nous avons voulu montrer des pièces légères qui se prêtent bien à ce lieu qu’est la malterie, des pièces de proximité et aussi des installations réalisées par des artistes de nos sessions de composition, sans oublier le tapis sonore de Ludovic Burczykowski, électron libre qui gravite autour de nous et les installations de nos sessions de composition électroacoustique et multimédia qui seront présentées dans la salle d’exposition de la Malterie.

Quant aux pièces proprement dites, nous avons choisi Vibrazoyd de José Manuel Lopez Lopez interprété par le percussionniste Miquel Bernat lequel travaille également régulièrement avec l’ensemble Ictus. Miquel Bernat interprètera aussi Points critiques + (2011), oeuvre d‘Horacio Vaggione, qui utilise des sons divers d’une caisse claire, poème acousmatique enrichi avec des actions et de la lumière.

Quant à la pièce Gangaku pour Kinect et électronique, composée et interprétée par le percussionniste Laurent Mariusse, elle fait clairement référence à la gestuelle du karaté. Laurent Mariusse interprétera aussi Rebonds A et B de Iannis Xenakis pour le plaisir des oreilles et des yeux et aussi pour le plaisir de présenter ce chef d’oeuvre fondateur du XX ème siècle.
Esteban Fernandez, guitariste issu des musiques actuelles et en résidence PAS À PAS chez nous en 2015 / 2016 présentera une création pour guitare et électronique.

Enfin Xuan Mai Dang, flûtiste et compositeur, qui a suivi les sessions de composition, réalisé un PAS À PAS chez nous en 2014 / 2015, présentera une pièce très « anachronique » pour voix, cassette et ghetto blaster.

 

Cette soirée est le fruit d’un partenariat entre Muzzix, la malterie et Art Zoyd, avec le soutien de la Région Nord-Pas de Calais Picardie, de la Drac Nord-Pas de Calais Picardie, du Département du Nord, de Valenciennes Métropole et de La ville de Valenciennes, et avec l’aide de la Sacem.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Daniel d’Adamo en résidence du 4 au 8 février

Daniel d’Adamo
Nouvelle pièce pour marimba et électronique
,
commandée par Art Zoyd – CTCM et Césaré – CNCM pour le percussionniste Laurent Mariusse.

© Guillaume Chauvin

 

Les dernières pièces mixtes que j’ai composées sont assez récentes et constituent le cycle The Lips Cycle, que j’achèverai prochainement avec son dernier volet pour alto, harpe et électronique. Ce vaste projet m’a non seulement réconcilié définitivement avec l’électronique dans son lien avec l’instrument acoustique, mais il m’a aussi permis de mener de front un véritable laboratoire de recherche autour de la technique instrumentale et, plus particulièrement, autour des techniques élargies pour la production du son.

Le son riche, le son nouveau, le son surprenant l’est d’autant plus quand il est augmenté par la manipulation électroacoustique / acousmatique. Le lien entre la source instrumentale et son double altéré, parfois jusqu’à l’indépendance totale vis-à-vis de son origine, est renforcé grâce à l’artifice qui nous transforme en véritables luthiers à chaque fabrication sonore, à chaque avatar de l’instrument que nous avons modifié … et ce jusqu’à la nouvelle incarnation que nous susciterons.

Il se trouve que la nouvelle incarnation sur laquelle je travaille actuellement dans les studios de Art Zoyd est celle d’un marimba. Composer une pièce mixte pour le grand marimba de concert cinq octaves représente un véritable défi pour l’imagination : je n’ai jamais connu un instrument d’apparence plus pauvre, du point de vue de son timbre, que celui-ci.

J’ai bien dit d’apparence parce que, après l’avoir échantillonné avec Laurent Mariusse dans les studios du Grame de Lyon, après avoir isolé chaque son produit avec différentes qualités de baguettes et différentes nuances, sur chacune des lames en palissandre d’Honduras de l’instrument ; après avoir sélectionné chaque échantillon, les avoir coupé, nettoyé et normalisé, j’ai appris à aimer le son du marimba et j’ai appris à comprendre l’intimité absolue qui anime et imprègne chacun des sons qu’il est capable de produire.

Et comme si un seul marimba ne suffisait pas à combler les passions générées par ce nouvel amour, j’ai construit un marimba virtuel capable d’être joué par un Laurent Mariusse tout aussi virtuel. Un double avatar pour réaliser un projet de pièce mixte ou la question de la similitude, de la réflexion, de la répétition, est une problématique naturellement centrale que j’ai bien décidé, ici, de ne pas éluder.

Daniel D’Adamo

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Mathius Shadow-Sky

Musicien et inventeur d’instruments, compositeur inventeur d’écritures, élève de Xenakis et Boulez et Deleuze et Foucault.

Plus ici

On lui doit notamment une lampe archisonique, aka une simple lampe d’architecte métamorphosée en instrument de musique grâce à l’adjonction de divers petits objets (ressorts, cordes…), le tout étant rendu audible par le biais de multiples capteurs audio.

Mathius Shadow-Sky a eu de multiples projets depuis une vingtaine d’années, il suffit de parcourir la page disques de son site pour s’en convaincre. Pas moins d’une quarantaine d’enregistrements y sont présentés. La plupart d’entre eux sont téléchargeables gratuitement, y compris les jaquettes, sur la page « mp3 paradise » dudit site.

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Daniel d’Adamo

Daniel D’Adamo – biographie

Daniel D’Adamo est né en 1966 à Buenos Aires, Argentine, où il commence sa formation de musicien. En 1992, il est admis à la classe de composition du Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon. Il s’installe dès lors en France, pays qu’il adopte comme lieu de résidence définitive. Durant sa formation, il suit le cursus de l’IRCAM et participe au Forum de Jeunes Compositeurs de Montréal, Canada, avec sa pièce Voices.

En 1997 il est nommé pensionnaire à la Villa Médicis – Académie de France à Rome, où il se consacre pendant 24 mois à la réalisation de plusieurs projets de composition et il y crée le festival Musica XXI. Suite à sa résidence à Rome, Radio France programme un concert monographique de son œuvre et Musique Française d’Aujourd’hui publie un premier CD monographique enregistré par l’Ensemble Court Circuit, Les Percussions de Strasbourg et en collaboration avec l’IRCAM.

En 2004, Daniel D’Adamo co-fonde l’Ensemble XXI, formation musicale basée à Dijon et dont il est le directeur artistique jusqu’en 2009.

Daniel D’Adamo est lauréat de plusieurs prix internationaux, dont en 2006 du prix Boucourechliev et en 2009, du Prix de Printemps de la Sacem pour sa pièce Dream of Bells, qu’il compose pour la maîtrise de Radio France. Il a récemment reçu le Prix de l’Académie Charles Cros pour l’enregistrement discograhique de Plier / Déplier, son 1e quatuor à cordes avec électronique

La musique de Daniel D’Adamo est régulièrement jouée en France et à l’étranger par différents solistes, formations orchestrales et de chambre. Il a été invité à participer à des nombreux festivals tels Présences, Agora, Musica (France), Inventionen (Allemagne), Nuova Consonanza, Roma-Europa, Traiettorie (Italie), Journées de Contrechamps, Archipel (Suisse), Biennale musique en scène, Les Musiques de Marseille, Voix Nouvelles, etc. Sa musique a été présentée par l’ensemble Spectra (Belgique), lors des World Music Days qui ont eu lieu en 2014 à Sydney, Australie.

En 2007 il est compositeur en résidence à l’Abbaye de Royaumont, cadre dans lequel il crée ses Madrigali, série de 8 pièces pour trois voix et ensemble d’instruments baroques et qui ont fait l’objet d’une édition discographique par le label AEON. C’est aussi en 2007 qu’il reçoit du Ministère de la Culture, la commande d’une œuvre pour clarinette et ensemble, Cerclé, composée pour l’ensemble L’Instant Donné. En 2008 il reçoit la commandé d’une nouvelle pièce pour ensemble orchestral : Frontières-Alliages, qui est créée dans le cadre du Festival Présences 08 et en 2009, il reçoit une nouvelle commande de l’État d’une pièce pour soprano et ensemble destinée à l’ensemble Accroche Note sur des textes de J. L. Borges avec le soutien de la Fondation International Borges. En 2010, Daniel D’Adamo a été une nouvelle fois en résidence de création à l’Abbaye de Royaumont pour la composition d’une pièce pour PhilidOr, ensemble jouant sur des instruments à vent du XVIIIe siècle.

En 2011, il compose une série de pièces mixtes avec voix commandées par les centres nationaux de créations musicales GMEM (Marseille) et Césaré (Reims). Il a aussi composé avec Thierry Blondeau, un double quatuor à cordes avec électronique, commandé par l’État pour la Biennale Musiques en Scène de Lyon et récemment enregistré par le quatuor Béla. En 2012, il compose Tout Lieu Habité, pour ensemble orchestral, destiné à l’ensemble Contrechamps de Genève ainsi que un deuxième quatuor à cordes pour le quatuor Tana, commande de Radio France.

En octobre 2014 son monodrame ‘La haine de la musique’, pour un comédien, ensemble et électronique sur une adaptation de l’essai de Pascal Quignard a été crée au Festival Musica de Strasbourg par l’ensemble TM+, dirigé par Laurent Cuniot.

Il compose actuellement son premier opéra de chambre, Kamchatka, sur un livret original de l’écrivain argentin Marcelo Figueras, qui sera créée au Théatre Colon de Buenos Aires en novembre 2016 et repris ensuite à Paris au théâtre Dunois. Il travaille également sur une nouvelle pièce mixte pour marimba et électronique, commandée par Art Zoyd et Césare-CNCM, qui sera créée lors du prochain festival Manifeste-Ircam par Laurent Mariusse, ainsi que sur un quintette à cordes destiné au quatuor Béla et sur le dernier volet qui clôturera son cycle de pièce mixtes The Lips Cycle, cette fois-ci pour alto, harpe et électronique, commande du GRM de Paris.

Dans la musique de Daniel D’Adamo la réflexion sur les différentes échelles de temps se traduit par une élaboration permanente des rapports entre la figure et la forme. Dans cette perspective, il explore aussi l’écriture de l’espace sonore comme un paramètre important de la composition ainsi que les liens entre l’électronique et l’instrument acoustique.

Daniel D’Adamo a été professeur d’analyse musicale au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et au Conservatoire de Tours. Il est actuellement professeur de composition musicale au conservatoire de Reims et de Strasbourg.

Depuis 2002 Daniel D’Adamo vit à Paris.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail